Travaux

La Mission d’Assistance Technique à la Restauration et l’Entretien des Rivières  (MATAER)

 

Depuis 2007, l’AMEVA  apporte son concours technique aux syndicats de rivières afin de les accompagner dans la mise en œuvre des programmes pluriannuels de travaux d’aménagement, de restauration et d’entretien. A ce jour, 21 maîtres d’ouvrage du bassin versant de la Somme ont adhéré à cette mission, pour un linéaire totalisant plus de 500 km de cours d’eau.

A ce jour, la MATAER apporte sa contribution à 12 EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale) qui se composent de :

-le Syndicat Intercommunal pour l’Amélioration de l‘Ecoulement des Eaux dans le Vimeu

- Syndicat Intercommunal de la vallée de l'Avre et ses affluents

-Syndicat Intercommunal d’Assainissement de la vallée de la Luce

-Communauté de Communes du Val de Nièvre et Environs

-Syndicat Intercommunal de la Nièvre

-Syndicat Intercommunal pour l’aménagement de l’Omignon

-Syndicat Intercommunal de Réhabilitation et d'Entretien de la Rivière la Tortille

-Syndicat de la Vallée des Anguillères

-Syndicat Intercommunal d'aménagement de la vallée de l'Airaines

-Communauté de Communes du Vimeu Vert

-Syndicat Intercommunal d'entretien et d'aménagement de la Noye

-Syndicat Intercommunal pour l'Aménagement Hydraulique du Marquenterre

 

et  de 9 AS (Association Syndicale) :

-AS de la rivière Cologne

-AS de la rivière Ingons

-AS de la rivière Hallue

-AS de la rivière Noye 1ère section

-AS de la rivière Noye 2ème section

-AS de la rivière Omignon

-AS de la rivière Selle

-Commission Syndicale de l’Ancre 1ère  section

-Commission Syndicale de l’Ancre 2ème section

 

 

 

Ensemble du réseau hydrographique couvert par la MATAER

 Les programmes d’aménagement et d’entretien préconisent des opérations d’aménagement, de  restauration et d’entretien des rivières qui répondent aux obligations fixées par la Directive Cadre Européenne sur l’eau et le SDAGE  Artois-Picardie : l’atteinte du bon état écologique des masses d’eau à l’horizon 2015 pour les deux tiers des cours d’eau du bassin versant de la Somme.

Afin de répondre à cet objectif, de nombreux travaux ont été instaurés sur les rivières ( cf planches photographiques)

 Ces travaux concernent principalement :

-la restauration de la continuité hydro-écologique

-la restauration de la dynamique fluviale

-la restauration des habitats aquatiques

-la végétalisation des  berges

 

Un partenariat a été établit avec la Fédération de la Somme pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique au travers d’une convention cadre et la création d’un pôle piscicole portant le nom de Piscipôle.

Ce partenariat poursuit deux objectifs principaux :

-l’évaluation des travaux d’aménagement  au travers de la mise en place d’un réseau de pêche électriques à l’échelle du département de la Somme.

-la valorisation des données piscicoles acquises

Reprise après plantation des sources de la Trie Mise en place d’abreuvoirs (type pompe à nez) pour les bovins Elagage de saules têtards

 

La restauration de la dynamique fluviale

La restauration de la  dynamique fluviale consiste en un décaissement du lit mineur de la rivière généralement lié aux merlons de curages et permet ainsi une reconnexion du lit mineur avec le lit majeur. Ce décaissement du lit s’accompagne par des opérations de reméandrage , ce qui permet de retrouver une section d’écoulement adaptée et évite la sédimentation au sein du cours d’eau  grâce à la capacité d’auto curage de la rivière. De plus, les zones d’expansions de crue sont à nouveau fonctionnelles. Ces opérations sont suivis d'oppérations de végétalisation.

Restauration de berges à Chaussoy sur la Trie

 

Érosion des berges+ encaissement par les merlons de curage

 

 Reprofilage de la berge 

 Secteur après restauration de la dynamique fluviale 

 La végétalisation des berges

La végétalisation des berges concerne l’aménagement de berges utilisant le génie végétal, d’opérations de boisements et d’implantation d’hélophytes sur les berges. Ces opérations  permettent de lutter contre l’érosion, de stabiliser les berges et de créer des habitats de berges

 

Érosion de la berge et utilisation de matériaux inadaptés pour son maintien

 

mise en place du génie végétal

 

Après végétalisation

La restauration de la continuité hydro-écologique

 La restauration de la continuité hydro-écologique se transpose au travers du décloisonnement des rivières. Elle se traduit par l’aménagement, le dérasement ou l’effacement  des ouvrages présents.

Arasement de seuil sur la Poix à Poix de Picardie (affluent de la Selle)

Seuil infranchissable composé d’une vanneguillotine et d’un déversoir 

Partie amont du seuil  (section d'écoulement inadaptée, envasement prononcé, effet bief) 

   Arasement du déversoir d'orage, démantèlement de la vanne

 

Renaturation du lit mineur (amont du seuil)      

6 mois après travaux ( lit renaturé)

 

 

 

 

 

 

 

 

 Restauration des habitats

La recharge granulométrique 

 Les recharges granulométriques ont pour but de restaurer les zones de frayères à salmonidés notamment pour l’espèce repère « Truite Fario », qui à besoin de zones peu profondes caillouteuses afin d‘accomplir son cycle de reproduction. Ces recharges granulométriques permettent également de diversifier les habitats au sein du cours d’eau, notamment pour les invertébrés.

La Brache

Répartition du substrat caillouteux dans le lit mineur

Nouvelle zone d'habitat après la recharge granulométrique

Mise en place de débris ligneux grossiers

 Les débris ligneux grossiers ont pour but d’implanter au sein de la rivière des abris pour la faune piscicole, afin de constituer des zones d’abris et de repos.

Mise en place de débris ligneux 

 Suivi et évaluation

 Les mesures 

Les mesures ont pour but d’évaluer l’impact des travaux sur les rivières notament du point de vue hydromorphologique. 

Mesures en amont d'un ouvrage

Mesure de la végétation rivulaire implantée 

Relevé des paramètres physico chimique de la rivière

Les pêches électriques

Les pêches électriques ont un rôle d’indicateur permettant de rendre compte de la population piscicole présente sur la rivière avec des pêches avant et après travaux. Les pêches s’effectuent par échantillonnage (sur un nombre de points déterminés sur un tronçon de rivière) ou  en inventaire complet (sur la totalité d’un tronçon de rivière).

Pêche électrique depuis la rivière en zone peu profonde 

Pêche électrique embarqué en bateaux en zone profonde

Truite fario

  

© Crédits photos: Syndicat Mixte AMEVA. Tous droits réservés.