Eaux superficielles et souterraines

La Somme et ses affluents

Longue de 245 km, la Somme prend sa source à Fonsommes, à une dizaine de kilomètres à l'Est de Saint-Quentin, pour se jeter dans la Manche à Saint-Valéry-sur-Somme.
Elle traverse plusieurs grandes agglomérations, en particulier Saint-Quentin, située dans le département de l'Aisne, Péronne, Amiens et Abbeville, localisées dans celui de la Somme.

Carte 2 : La Somme et ses affluents Sur son parcours, le fleuve reçoit les eaux de plusieurs affluents. On distingue principalement l'Omignon, l'Hallue, la Nièvre et le Scardon en rive droite ; l'Avre, la Selle, le Saint-Landon, l'Airaine et l'Amboise en rive gauche. Le débit moyen interrannuel, ou module, de la Somme à Abbeville est de 34,9 m3/s

Jusqu'à Amiens, le fleuve décrit de nombreux méandres ; sa vallée est étroite et encaissée. En aval de la ville, elle s'élargit et prend une direction nord-ouest.

Tout au long de son parcours, la Somme ne reste qu'assez peu à l'état naturel. Elle a en effet été canalisée sur une grande partie de sa longueur, notamment pour relier la région de Saint-Quentin à la mer.

Le canal de la Somme

La construction du canal de la Somme débute en 1770 pour s'achever en 1843, avant une mise au gabarit Freycinet (norme régissant la dimension des écluses) en 1880. D'une longueur de 156,5 km, le canal débute à Saint-Simon, où il est en liaison avec le canal de Saint-Quentin, et se jette dans la baie de Somme au niveau de Saint Valéry sur Somme. Le nombre d'écluses présentes s'élève à 25.

Carte 3 : Le canal de la Somme Durant les cinquante-trois premiers kilomètres, entre Saint-Simon et Froissy, le canal est latéral à la Somme naturelle. Sur le reste du parcours, il est établi tantôt en rivière, tantôt en dérivation.
A Abbeville, une dérivation scinde la boucle de la Somme. La voie se poursuit ensuite jusqu'à Saint-Valéry-sur-Somme, sous le nom de canal maritime.

Depuis 1992, le Conseil Général de la Somme assure la gestion de cette voie d'eau de Sormont jusqu'à Saint Valéry sur Somme. La gestion amont du canal est assurée par les Voies Navigables de France (V.N.F).

Les eaux souterraines

 

Le sous-sol du bassin versant de la Somme est presque entièrement constitué de craie, formation qui atteint 200 mètres d'épaisseur, reposant sur un support argilo-marneux. La craie se caractérise par une forte porosité, qui lui permet de stocker une grande quantité d'eau, et une certaine perméabilité, qui facilite les échanges entre roches.
De part cette structure géologique, les communications entre les eaux souterraines et les eaux surfaces sont omniprésentes sur l'ensemble du territoire.

Ainsi, 80 % du débit moyen des cours du bassin versant de la Somme sont assurés par la contribution des eaux souterraines.